Instagram

Le Coin des libraires - #51 Les cafards (#2 Harry Hole) de Jo Nesbø

Contrairement à ce que j'ai écrit dans mon article sur L'homme chauve-souris, premier volet de la saga Harry Hole de Jo Nesbø, j'ai eu le temps de lire le tome 2, Les cafards durant le mois de mars - je sais, j'ai encore beaucoup de retard sur mes publications ! 


Après avoir découvert l'Australie dans le tome I, c'est désormais la Thaïlande que Jo Nesbø nous fait visiter à travers les yeux de son héros. Une fois encore, j'ai pu découvrir un pays à travers un roman et définitivement, je dois dire que j'aime assez le principe. 


L’ambassadeur de Norvège en Thaïlande est retrouvé mort dans un bordel de Bangkok, un poignard planté dans le dos et une valise au contenu sulfureux en sa possession. De quoi nuire, de quoi faire très mal… Un meurtre aux allures d’affaire d’État, qui ne doit pas être ébruité. Harry Hole, inspecteur de la police d’Oslo, est choisi pour résoudre l’enquête en toute discrétion. Mafia, commerce du sexe, secrets d’État et drame personnel sont autant de pistes suivies par l’inspecteur scandinave. Une seule certitude, il va devoir affronter un meurtrier rusé et méthodique, qui défie la police et se prépare à commettre de nouveaux crimes.



Comme dit plus haut, j'ai pris énormément de plaisir à découvrir la Thaïlande, la ville de Bangkok et son atmosphère. Je pensais enfin découvrir la Norvège et Oslo plus précisément, mais ça n'a pas été le cas. Ça ne m'a pas déplu que l'action se passe dans un autre pays, je me dis qu'il me reste encore huit tomes pour rencontrer - renouer avec ? - le quotidien de notre héros. 


Cette fois-ci, l'histoire est entourée de tout un tissu diplomatique dont on ne pourra pas se défaire pendant toute la durée du roman. J'avoue, j'ai vraiment accroché à l'intrigue, mais toute cette histoire de diplomatie, des Affaires étrangères ne m'a pas particulièrement intéressé - faut dire que dès que ça touche la politique, généralement, je fuis !
Après, je comprends tout à fait qu'il fallait bien trouver une raison à la venue d'un policier norvégien en Thaïlande, c'est simplement que je suis moins emballée dès qu'il s'agit de ce type d'histoire. 

Pour le reste (de l'intrigue), la traque en elle-même est addictive, on s'empêtre avec Harry dans toutes sortes d'investigations qui se révèlent plus infructueuses les unes que les autres, et pourtant ! Je reprochais à l'auteur d'être resté trop longtemps focalisé sur la même personne dans le premier tome, je trouvais que ça nuisait vraiment à l'enquête et du coup à l'avancée de la lecture, mais cette fois-ci l'auteur a fait le contraire - ceux qui ont lu ce tome comprendront !

Les cafards de Jo Nesbø, édition Folio policier.


Du point de vue des personnages, j'ai bien accroché avec Liz et donc je trouve dommage qu'elle vive en Thaïlande et non pas en Norvège, j'aurais aimé la revoir. 
Harry, l'archétype du héros torturé l'est toujours autant, et en même temps, il faut dire qu'avec ce qu'il se passe dans sa vie (sa soeur...), c'est compréhensible qu'il perde pied. Franchement je trouve que Lehane est assez dur avec ses personnages, mais quand je vois Nesbø avec Harry, je me dis qu'en fait il est plutôt tendre ! L'auteur norvégien fait tellement morfler son personnage qu'on ne peut que le plaindre, même si je dois dire que je n'aime pas trop le fait que l'auteur profite du temps passé entre ses livres pour faire en sorte qu'Harry retombe dans l'alcool - c'est un peu trop facile... 
Après le premier tome, malgré les événements survenus en Australie, on peut supposer qu'Harry va peut-être réussir à remonter la pente, mais non, on apprend au début du tome II qu'Harry a repris la bouteille, mais qu'il essaie d'arrêter. Ce n'est donc pas un ivrogne qu'on retrouve, mais un homme qui essaie tant bien que mal de se désintoxiquer. 

Enfin, pour ce qui est du style de l'auteur, je dois dire qu'il est toujours aussi agréable, j'ai passé un bon moment avec ce tome comme avec le précédemment parce que ça se lit formidablement bien ! On ne remarque pas les pages qui se tournent et on a qu'une envie : en savoir plus (en grande partie grâce à Harry faut bien le dire !) et c'est un vrai plaisir. 

Je ne pensais vraiment pas avoir le temps de lire ce livre durant le mois de mars et pourtant, pourtant, l'envie a pris le dessus et il a été lu en trois petits jours, ce qui révèle bien du niveau d'addictivité. 
Je suis pressée de lire le troisième tome, avec un peu de chance je pourrais le lire au mois d'avril juste avant mes partiels - j'aimerais beaucoup, mais si je ne dis pas de bêtise, le tome III est significativement plus long. 








Commentaires

Articles les plus consultés